À l’occasion de la parution de son livre « À tombeau ouvert », Jean-Pierre BIGEAULT a réuni Marie-Christine DAVID-BIGEAULT et Benoît MARÉCHAL pour lire des extraits de ces nouvelles qui associent la gravité et la légèreté autour du thème de la mort.

Vidéo Dominique Morlotti

 

 « Ainsi avait retenti, par-delà le chant des automatismes, le cri de l’espace, cri joyeux d’une hauteur terrestre piquetant le ciel.

Son cœur d’aviateur avait bondi. Avait-il donc choisi ce métier pour lais- ser derrière lui ce qu’il devait perdre ? Mais quoi ? Il n’aurait su le situer sur la carte embrouillée de son histoire.

C’est en tous cas l’Himalaya aperçu au loin qui, tel un père évidemment céleste, avait esquissé à son intention le geste de la promesse. Des années que, tâtonnant dans sa nuit, il attendait le lever de ce jour...

Il allait amorcer la descente. Il apercevait déjà les contours de la ville, tache d’ombre flottante et sa nappe d’eau sale. C’est ainsi qu’il voit Bang- kok, à ses yeux, cité maudite. N’est-ce pas le choc frontal de sa vie : pureté rude en son élan de montagne à demi-divine et chute nauséeuse de l’homme en son marais ? »

Extrait de la nouvelle L’aviateur

Editions Unicité - décembre 2021

De la guerre

Qu’après cette « guerre1 à l’épidémie » qui nous a valu : conseil de défense, confinement, couvre-feu et décompte quotidien des victimes, surgisse la vraie guerre (celle d’Ukraine), comme l’original après la copie, cela pourrait donner à penser que les mots sont trompeurs.

Sans doute avions-nous besoin de nous faire à l’idée de notre fragilité dans un monde et un pays qui, n’ayant plus comme horizon que l’Economie, se divise et se perd dans une paix de façade. Certes, il y a guerre et guerre. On aura voulu exorciser la menace d’une conflagration plus dangereuse en chargeant le virus (comme autrefois la Peste) d’en épuiser le Mal. Et, n’est-il pas vrai que le mal de la guerre renvoie l’homme à beaucoup plus que sa vulnérabilité ? La guerre le montre sous son visage éventuellement le plus héroïque ou le plus lâche.

...lire la suite

Et mourir

A paraître le 18 juin
1 mai 2021

Entretien avec Marie-Christine David - 17 novembre 2017

POÉSIE
POÉSIE
PSYCHANALYSE

PSYCHANALYSE

ESSAIS POÉTIQUES

ESSAIS POÉTIQUES

ROMAN

ROMAN

ÉDUCATION & PSYCHANALYSE

ÉDUCATION & PSYCHANALYSE

BIBLIOGRAPHIE

BIBLIOGRAPHIE

Né en 1930, Jean-Pierre Bigeault vit une enfance heureuse dans le cadre d’une famille pourtant confrontée à la crise économique de l’époque et bientôt la guerre. Adolescent marqué par le « retour à la terre » normande, il est pris dans la tourmente du Débarquement et manque de mourir. Il bénéficie d’une éducation résolument humaniste et chrétienne, ainsi qu’en témoigne son engagement dans la JEC (Jeunesse Etudiante Chrétienne). Ses études parisiennes de Lettres et de Psychologie l’amènent très vite à enseigner dans un grand lycée privé et à créer, avec quelques amis, une école spécialisée dans la prise en charge d’adolescents dits « difficiles ». Il s’agit d’un internat, très connu à l’époque, sous le nom d’Institut psychopédagogique « Maison rouge les Mathurins ». Cette expérience se développe sur une vingtaine d’années. Elle débouche sur un parcours personnel, à la fois curatif et didactique, qui met la psychanalyse au cœur d’une activité nouvelle centrée sur la « Formation d’adultes ».  Lire la suite...

CONTACT