actualiteremarques & billets

BONNE ANNEE

Et si Covid-19 avait aussi bon dos ? Si le monde se complaisait à se voir dans le miroir de sa maladie ? Après la peur du Péché, figure du Mal, celle de la Mort ! Cette mort, à la fois déniée tous les jours et si obsessionnellement présente que la Santé dite publique justifie aujourd’hui qu’on lui consacre directement et indirectement des milliards jusque-là introuvables ! L’Education comme la Défense nationale n’auront jamais mérité autant d’efforts ! Et quant au coût de l’opération en termes de libertés (individuelles et collectives), sans compter les effets médico-psychologiques et sociaux de leurs restrictions, qui oserait s’en inquiéter dans un monde qui ne demande qu’à « survivre » à n’importe quel prix ?

Et si le prix, c’était l’asservissement de l’Homme au profit de tyrans discrets qui, pour avoir changé de formes, n’en restent pas moins les figures faustiennes qui nous promettent le paradis sur terre ! Une religion – qu’on l’appelle Consommation (y compris au sens pharmaco-économique) ou « avènement de l’homme augmenté » – offre son opium quotidien et collectif en lieu et place des promesses offertes par les églises en mal d’inspiration. L’Occident chrétien et ses émules y perdent leur identité, comme en son sein autrefois, la Grèce et la Rome antique. Ces leçons de l’histoire et les réflexions des vieux sages en la matière sont oubliées, voire déniées, comme si c’était le passé qui infectait le présent de ses maladies. L’urgence d’un nouveau « salut » par l’innocence retrouvée invoque aujourd’hui la Nature, figure en effet de la victime abusée. Les glapissements de l’écologie feraient sourire, s’ils n’exprimaient pas à raison ce que le Progrès véhicule aussi bien lui-même de menaces de mort. Décidément la Mort, sortie à toute force par la porte, rentre par la fenêtre ! Car la Nature, rappelée à grand bruit, n’est pas qu’une collection de gaz à remettre en ordre. Sa pureté chantée par les romantiques (et les Nazis !) et assimilées par ses dévots post-modernes à quelque grâce originaire n’est-elle pas aussi pour partie un leurre ? Sous l’obsession du « retour à la vie », n’est-ce pas le déni de la mort qui reste à l’œuvre ? Car, que serait précisément la Nature sans la Mort qui conditionne son élan voire sa créativité ? Que le rejet de la mort s’allie, sous le prétexte d’un « droit à l’éternité » à un rejet du renouveau – et donc de la jeunesse – devrait alerter tous ceux qui ne font des enfants que pour se survivre à eux-mêmes. Il serait temps que le « moi humain » accepte son animalité et la loi qu’à cet égard lui impose la Nature. Il en sortirait plus grandi qu’en se voulant Dieu contre la vie elle-même, n’en déplaise aux nouveaux génies du surnaturel ! Bien des « philosophes » aussi inconnus que peu diplômés quittent la vie modestement. Et s’ils ne sont ni des héros ni des saints, ni même des « savants », peut-être n’en sont-ils que plus grands. Pouvons-nous regarder la Mort comme en toute Vie sa force ? Et sans attendre la guerre qui sanctionne, dirait-on, le déni de réalité dont notre humanité se punit régulièrement par le suicide.

Donner à la Mort le sens positif de l’effacement, comme d’ailleurs celui de l’artiste lui-même derrière son œuvre, si elle vise plus loin que le succès, serait une victoire aussi intime que sociale par ces temps de narcissisme à tout va.

Faisons ce vœu ! Et BONNE ANNEE à tous en préparant des jours meilleurs.

Poète, prends ton luth et ta lutte !

Jean-Pierre Bigeault,
3 janvier 2021