actualiteremarques & billets

Chers amis

Chers Amis,

Le 29 février dernier, j’avais cette chance, avant le confinement, de vous présenter mon dernier livre « Chemin de l’arbre-dieu » et vous me faisiez l’honneur et le plaisir d’être là … pour fêter aussi mes 90 ans !

Depuis cet heureux jour nous avons vécu séparés les uns des autres et nous nous sommes trouvés confrontés à l’étrangeté d’une situation, à bien des égards, inquiétante. J’y ai réagi pour ma part comme vous pouvez le voir en vous connectant sur mon blog. Ce que j’ai ressenti m’est venu pour partie de l’expérience de la Guerre et de l’Occupation. Mes remarques ne prennent sans doute leur véritable sens que par rapport à un moment de notre Histoire dont il me semble que, plus ou moins méconnue ou refoulée, elle remonte à la surface d’un monde qui se trouve confronté à une véritable et nouvelle « Défaite ».

A mes yeux cependant, la Défaite la plus grave concerne certaines valeurs dont nous nous réclamons par-delà nos opinions personnelles. L’une d’elle est celle qui concerne le traitement de la mort et des morts en tant que pratique précisément spécifique de notre Humanité.

La manière en effet dont, sous le prétexte de prévenir le risque de contagion, « on » a décidé de traiter nos mourants et nos morts hospitalisés en les privant de toute présence familiale ou amicale porte atteinte à notre humanité (en tant que « nature humaine). Ce traitement dit que la santé publique est une valeur supérieure à ce qui fait de l’homme un homme et donc ce qu’on appelle, non seulement un individu mais une personne. Il porte atteinte, par-delà même toute conviction religieuse, non seulement à notre liberté individuelle (celle d’accompagner nos mourants et nos morts) mais au concept même de ce qui nous définit en tant qu’homme au-delà de notre réalité corporelle. A croire que les leçons de l’eugénisme et de la protection de la race contre de supposés « virus humains » sont oubliées par un pouvoir médico-politique qui fait de la survie physique un absolu.

Faut-il donc le redire ? Rien ne saurait justifier qu’on abandonne nos mourants à la solitude, ni qu’on les laisse aller sans notre présence à leur sépulture. Nous refusons qu’on réduise les derniers moments de leur vie à une réalité biologique désaffectivée et déliée ne fût-ce que symboliquement des liens qui jusqu’au bout font de cette vie une vie humaine.

Encore un mot ! A quelque voix près le scandale que constitue aujourd’hui le traitement de nos morts n’a pas été dénoncé par des « autorités morales » devenues muettes devant une Science pourtant bien dépassée par l’Evènement. Je pense donc que cela nous revient à tous et à chacun de faire savoir ici et là notre indignation. Tel est le sens de cette lettre qui s’inscrit, vous l’aurez compris, dans la ligne de mes interventions pour la Poésie, c’est-à-dire pour l’Homme et sa culture.

Encore merci, chers Amis, de votre présence et de votre soutien,

Avec mes amitiés …les plus humaines,

ce 11 juin 2020,

Jean-Pierre Bigeault,

PS – Permettez-moi d’ajouter, qu’ayant été moi-même atteint par le virus (et menacé en raison de mon âge), nous avions convenu, Marie-Christine et moi, qu’au cas où il serait question de m’hospitaliser, je resterais chez nous pour y mourir dans la dignité et… l’amour. Telle était la « liberté » que nous octroyait notre République égarée !